09/10/2007

L' A-mour

Pour jean-sy . Parce qu'on peut lutter , se battre et se débattre pour tenter d'oublier l' A-mour :  si vraiment  c'est le coeur qui parle ... le combat est perdu d'avance .

 J'ai fait un noeud à mon mouchoir :
 Ne pas oublier de t'embrasser
 et gribouillé au rouge à lèvre sur ton miroir  petit beurre
un "je t'aime" dans un coeur raté
 
Tout alleurs au bout du fil ,
je te dirais que je pense trop à toi
Et comme elles sont inutiles
ces heures passées loin de toi
 
J'ai volé un pull qui t'appartiens
et je le met quand t'es pas là
Il est aussi doux que tes mains
 même s' il est trop grand pour moi
 
Quand tu montes les escaliers
je le connais par coeur ton pas
j'en ai le coeur tout renversé
que j' dévale les marches jusqu'a toi
 
Dés fois quand j' me regarde t'aimer
je me fais la peur de ma vie
si tu me jetais comme du papier
je me cacherais sous les pissenlis .

17:53 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

'J'ai volé un pull qui t'appartiens
et je le met quand t'es pas là
Il est aussi doux que tes mains
même s'il est trop grand pour moi.'

J'ai particulièrement kiffé ce passage :D
beau. =)

Écrit par : diana | 15/10/2007

Les commentaires sont fermés.