26/11/2007

 

Au ras du sol pour chercher l'hélium

qui ne fera jamais monter les ballons

J'ai des hauts , des bas comme personne

et ca ne fait sourire que les cons

 

Au sixième dessous et bien au-delà

pour comparer les coups de canon

J'ai des rires , des pleurs qu'en éclats

Et ce putain de temps trop long

 

Sous le bleu du ciel que je côtoie

j'attends l'espoir comme l'inertie

J'ai bien plus de mal que de toi

Mais  tu t'en fou de mes conneries .

                     

espoir

 

 

20:16 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

J'aime beaucoup les poèmes comme ça : spontanés, et qui expriment tellement bien les pensées même les plus difficiles à décrire par des mots...

Écrit par : Solène | 26/11/2007

Très joli texte comme d'hab, ça ya pas à dire. Mais qu'importe ! Des maux au coeur font plus de mal que de se faire arracher les quatres dents de sagesse d'un coup, et C peu de le dire. Mais ces maux, tu en as connu, tu vas encore en connaitre. L'important, s'il te plait, C de garder l'envie, l'envie d'autre chose, car des grands bonheurs, tu vas en connaitre aussi, encore. Garde, trouve la volonté de passer à autre chose. Tu sembles etre quelqu'un de te très bien. Tu as tes talents. Ne te gache pas ! Grandis !

Je t'embrasse.

Christophe.

Écrit par : Christophe | 27/11/2007

L'envie d'être avec lui quand il ne me regarde plus que pour attenuer le mal qui est fait , celle là je la connais l'envie . Une autre pour de belles choses ? Peut être ... j'attends que la vie me montre qu'il n'est pas celui que je connais .
Merci pour ta trés belle nuance d'espoir .
Bisous .
Merci à Solène une fois de plus également .
A bientôt .

Écrit par : Fanny | 27/11/2007

Les commentaires sont fermés.