29/03/2008

La malle d'amour

Un 26 mars.


Tu me chercheras pendant un peu de temps ...

Je te l'aurais dis cent fois mon tour du monde ,

Mais tu ne m'écoutes qu'en faisant semblant .

Je te disais donc que je partais ...

 

Je n'ai rien qui ne me retienne plus d'un jour ...

Tu ne manqueras de rien sans attendre mon retour

Je te fais la place que tu voulais pour des autres

Chez moi toute ma vie tient en si peu de choses...

 

J'emporte avec moi dans la valise marron ,

des images de toi pour ne pas toucher le fond

Mon parfum et mes bijoux restent sur ton étagère

Cadeau poison de celle qui part la première

 

Mais je ne te laisse pas mon ours en chiffon

Il dormira avec moi à la place de droite .

Le reste rien que des livres et du coton 

Le coeur est le plus lourd dans la valise marron .

21:16 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Le rire des étoiles

T'es si gentil avec moi ... je sais même pas te dire merci .


J'entends plus battre mon coeur
Muet ... mort ... dissout ... peut être
Je me sens toujours sur le fil
Fragile...Morte...dissolue...ainsi soit-elle
Je tremble sous n'importe quel vent
Du nord...d'ici...qu'importe...j'ai froid
Mais où que j'aille je les entends , même si toi tu ne les entends plus...
Oui, elles se marrent les étoiles , si fort et chaque nuit qui fait le soir .
Se moquent de toi pauvre garcon
vide...reveur...dissout... evidemment
Quand tu pose tes mains en prière
Inutiles...Imbécile...décevant ... Trop tard
Parce que ton coeur ne bat plus
que dans l'ombre...faux...tricheur... tu mens
Mais ca n'empeche pas les étoiles ! Et elles rient , je le jure , elles rient si mal.
Du petit bout de fil sur lequel on se tient . Parce qu'il est foutu , qu'il va bientôt lacher .

 

20:41 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/03/2008

...

Un jour pour toi
- Dis moi ca fait combien de temps ?
-Je ne sais pas , je suis triste tout le temps ...
- Ce n'est pas grave tu sais , on n'en meurt pas ...
- Non , on n'en vis pour deux , peut être même pour trois .
                    Bon anniversaire maman ...

21:34 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Je m'en veux...

Sept ans de malheurs..

Je voudrais pourtant comprendre ce qui c'est passé ...
Je ne cherche pas une excuse, je sais que le mal est fait
Sept ans de malheurs rien que pour un miroir brisé,
Combien d'années sans rire voudras-tu me faire payer ?
Mon ange, tes larmes d'avant ne me disent pas tout,
J'ai beau me dire que c'est une histoire pour les fous
Je n'arrive pas à croire ce qu'on me dit de partout ...
 
Tes efforts pour me bouscler n'étaient pas si évidents,
Mes paroles et mes gestes n'étais pas vraiment absents
Une larme qui coule de mes yeux sans même rien changer,
J'ai peur de se que je peux découvrir dans ton autre réalité
Mon ange qu'est ce que tu as fait de ce soir de solitude ,
Je n'allais pas vraiment te laisser sans mes habitudes ...
Je n'étais qu'à coté en attendant l'heure de te retrouver  .
 
Il ne faudra pas croire toutes ces choses que l'on dira ...
Je n'ai juste pas su lire toutes tes phrases en mots cachés
Comment savoir que sous ta peau je te laisser des plaies ,
Quand tu ne disais rien que des silences parfois justifiés ?
Mon ange je m'en veux tant et tu m'as toi même condamnée,
Une prison de vie pour peser si lourd le poid des regrets ,
N'est ce pas trop fort quand je n'ai fait que t'aimer ?
 
Pas un mot et pas une injure que je pourrais garder ...
Je n'arrive pas à me dire qu'une ligne à pu m'échapper .
Ou et quand,  à quel moment le temps à pu me mentir 
Est ce que l'on trébuche toujours sans pourtant le sentir ?
Il me semble même qu'en partant je t'ai vu me sourire,
Sans que je ne sache le signe d'une vengeance à venir
Je sais combien de mes guerres tu pourrais me dire ... 

 

03:35 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/03/2008

Le doux filet

ballet

Je suis la reine des libellules , mais je ne dors pas
Je vis un jour de plus , oui , mais à côté de toi !
Paupières fermées,  je t'entends qui bouge par là
Qu'est ce que je peux être capricieuse parfois !
 
J'ai besoin de câlins pour pas craquer le moteur ,
Faut me comprendre, j'ai plus le droit à l'erreur
Pendant que tu dors je m'ennuie un peu trop,
Si tu me cajoles pas c'est sûr, on tombent à zero !
 
Je songe de ma sphère, comme tu me chavires
L'etrange phénomène c'est que ca me fait sourire !
Le reveil qui sonne et le doux monsieur  m'attire ,
Qu'il chasse la libellule , c'est son heure pour dormir !

12:49 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

18/03/2008

Jean qui pleure

Mathilde

C'était un de ces dimanches monotones ,
ou le jour ne pense qu'à se coucher
Le télephone de Mathilde sonne ,
Pas de malaise, elle sait qui c'est .
Jean c'est son homme , son autre-moi,
Elle lui répond toute aprivoisée .  
 
Mais Jean se fout de ce qu'elle lui dit,
Il se montre froid et bien trop dur
Aprés tout c'est comme ca la vie ,
Pas le temps de jouer la demi-mesure .
Avec une autre ou sans un artifice ,
Qu'importe l'enjeu, elle à perdue d'office .
 
Dans son auto à toute allure ,
Mathilde m'arrive le coeur en l'air
Je ne trouve pas les mots qui rassurent
"Avec le temps" , trop terre-à-terre .
Je maudis Jean mais c'est pas le plus dur,
y à des hommes qu'on sait courant d'air .
 
Les mois qui passent et une saison,
C'est fou c' qu'elle va de mieux en mieux .
Comment comprendre que pour de bon,
Mathilde joue le rôle des jours heureux .
Jean ne revient plus dans ses questions
Tout le monde trouve son sourire radieu .
 
C'est un coup de fil en pleine nuit ,
Une voix qui parle que je connais bien . 
Jean qui hurle au passé toute une vie,
Hier soir l'ex-Mathilde à pris le train .
On dit juste qu'elle ne voulait que lui,
Elle lui à dit sur le quai en lachant sa main .

jean qui pleure

17:58 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

14/03/2008

La jolie robe noire

J'ai trop bu de tequila . Mon verre rose et vert n'a jamais céssé d'être vide et plein à la fois . Je le fais si bien exprés , comme ca , en te jetant un regard qui te fais mal . Je parle à ce garçon , assez mignon , je le laisse croire que je suis venue seule ...

Tu ne bouge pas , pas encore . Tu ne me lache pas du regards . Jusqu'où vais-je aller ? T'attends que je m'éffondre , tu sais que je ne vais pas tarder . Tu seras là , comme à chaque fois . Tu seras là , à vif , à bout . L'envie de me dire " casse-toi, je te hais !" .

Tu m'aimes , je le sais . C'est en toi et tu n'arrives pas à me le cacher . Tu me deteste pour cette auto-desruction quotidienne qui te bouffe chaque jour un peu plus , sans que tu puisses m'en empêcher .

Minuit passé depuis un bon moment .  Je tombe dans tes bras pour finir la soirée à genoux dans la salle de bain . C'était le huitième verre , celui de trop qui ne veux pas rejoindre mon flot de soucis immuable. Et je pleure, oui, je pleure ! J'ai des larmes pour ma peine , pour le vide et l'absence .

Dérrière nous la musique s'enchaîne dans ce grand appartement plein de gens que je ne connais plus .  Je m'accroche à toi , à ton bras qui me soutient, je ne sens plus rien sous moi , je tombe au plus profond des fonds du gouffre . Nous rentrons ...

Je ne me souviens jamais de ces moments . Ceux où tu me change , où tu me couche dans tes draps rouges. Mais je l'entends ta petite voix .  Je t'entends penser en silence ... Ton soufle calme qui voudrait me laisser partir quand je vais trop loin, "On ne peut pas continuer comme ça Fanny , on ne peut pas ..."

Je sais qu'au matin quand je me réveille , je porte une de tes chemises . Tu  t'es déjà levé depuis longtemps et je vois dans tes yeux qu'ils se donnent une chance de plus . Comme ça, pour y croire encore ... Nous ne parleront pas de la veille .

00:10 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

10/03/2008

Mécanisme

Je suis la danseuse étoile de ta boite à musique
je t'aime de tout mon coeur bien que trop petite
et j'attend tout le jour que tu tournes la clé
que s'anime d'amour mon corps qui te rêvais
 
Ne suis-je donc faite que de cire et de papier ?
pourtant je le sens moi, comme tu me plais
Ma tête tourne à sentir sur moi ton regards
Un fait bien étrange pour une poupée de placard .
 
Ce soir je comprends, je crains de m'éffondrer
Pour qui sont ces fleurs que tu as posées à coté ?
Je ne mérite pas ce ruban doré qui m'entoures
Déchire donc cette carte : " bonne fête mon amour"

11:28 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |