30/04/2008

La rivière belle des champs

Keep_control_by_SweetyViolence


On m'appelle belle des champs ,
et la rivière en contre-bas porte mon nom
Je ne sais pas pourquoi exactement,
et d'où me vient ce surnom .
 
Il faisait chaud pour ce mois de mai,
j'avais mis des belles fleurs en bouquets
Je l'ai croisé prés de la rive et il m'a sourit
Il avait de si jolis yeux que j'en ai rougis
 
Il à dit qu'il m'attendait depuis déjà longtemps
Je ne savais quoi dire encore vierge d'amant
Il s'est placé derrière moi et m'a demandé mon nom
Je lui ai répondu Emma et j'ai sentie un frisson
 
Ses mains s'accrochaient sur ma robe blanche
pour remontées à mon cou en frolant mes hanches
J'ai laché le bouquet en touchant l'eau de la rivière
Ses pas se sont éloignés en me laissant derrière .
 
On m'appelle belle des champs,
et la rivière en contre-bas porte mon nom
Je ne sais pas pourquoi exactement,
et d'ou me vient ce surnom .
 

15:56 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/04/2008

Im going to tell you a secret

magie 


Que va-tu me reprocher , je ne suis pas lumière .
Les colombes sont lachées , et moi la première
je contourne leurs traits pour me cacher derrière .
Non ne tiens pas ma main pour aller de l'avant
Il me faut marcher seule pour trouver le printemps
 
Mais avant que je tombe si tu veux je promets...
Mais avant je succombe et j'éxpie mes secrets .
C'est une valse douce qui m'emmène en passé
Ou je me change violence pour pouvoir te garder .
 
Il n'y a pas de desordre dans l'ordre de ces choses
Les loups contres moi savent qu'il faut que j'ose
Comme chacun le fera pour en guerir sa cause .
Ne me regarde pas comme ca je frissonne d'effroi
du fond des noirs splendeurs c'est l'amour qui vivras .
 
Rideaux sur la flamme qui me brûlait parfois 
en me faisant l'alcool de tout ce qui foudroie .
Mais avant que j'arrête ces rouages mécaniques...
Mais avant je m'empresse de nous taire la suite .
 

10:32 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

22/04/2008

Entre parenthèse

enfant tu n'es plus...


Mon âme soeur à beau le jurer sur la croix
On a tué le mal dans son berceau de bois
J'accumule les erreurs de ces rois à la con
qui trône sur les corps de combien de leurs pions ?
Demain sera mieux , enfin , tu peux les croires
car la paix à un prix qui se chiffre en dollars
Tu peux fermer les yeux et dire que tout va bien
en foulant de tes pieds tous ceux qui crèvent de faim.
Hier, c'est certain, on à évité le pire ,
des images d'un peuple qui s'obstine à maigrir
et l'enfer du trottoir de ces gosses d'ailleurs
devenues des dossiers qui attendent leurs heures .
Enfin , qu'on se rassure comme le disent les discours :
Je ne crève que d'usure au fil de mes vieux jours .

19:51 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/04/2008

Où l'aube nous retiens

Princesse Nomad


Au lendemain de ce jour nous serons mieux
main dans la main pour vivre le coeur en bleu
Et tu n'auras plus mal que nos peines de pailles
Nous les mettrons au feu avant que tu t'en ailles
Tu ne fermeras pas les yeux sur des choses imparfaites
Je te donnerais le temps tout simplement d'être .
 
Nous aurons des instants sans devoir pleurer
Moitié rêve et moitié vrais pour vivre à tout jamais
Je te ferais ma reine dans ta robe à volants blancs
Tu n'auras plus ces maux qui t'essoufles longtemps
A t'en brûler le coeur pour le faire mourir à l'amer
Et me laisser tremblant un peu plus solitaire .
 
J'ai des envies pour nous qui ne servent à rien
Les yeux qui rêvent pour se faire du bien
Aujourd'hui pire qu'hier ce qui me fait peur
Les lignes de ta main ne parlent pas de bonheur .
J'ai des envies pour nous qui ne servent à rien
Les yeux qui mentent pour te faire du bien
Aujourd'hui comme hier tu es pâle de peur
Les lignes de ta main s'effacent en douleur.
 
Demain sera le jour ou nous serons deux ,
Côte à côte et nos rires en feront des envieux
Je te ferais l'amour comme il nous ressemble
Ma main sur ton épaule nue qui tremble
Je croirais à tout ces voeux que l'on se souhaites
Sans pour une fois pâlir à en baisser la tête .
 
Tu seras joyeuse dans la lumière de ce soir ,
Et je te gronderais pour te dire qu'il se fait tard
Tu referas la moue que tu me faisais avant,
En attachant mon coeur à tes tendresses d'enfant
Je ne serais pas celui à qui l'on diras ses regrets ,
Je ne serais pas l'homme à qui tu va manquer .

23:24 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

09/04/2008

Pique de coeur


My_sweet_fairy_tale____by_x_princess_n0_mad_x


Regarde moi dans les yeux pour me dire que tu me quitte . Et dis moi la couleur de l'adieu sans te cacher dans la fuite . Tu n'as pas les mots et encore moins l'étoffe , de mon homme sombre héros , que je m'étais construite . Soutiens mon regards pour me dire que tu t'en vas .

Sois fort dans mon drame , fais claquer les mots qui te narguent . Dis moi que ton corps ne veut plus de mes mains . Qu'il refuse l'empreinte que je t'ai longtemps laissé . Dis moi qu'il est l'heure de passer à une autre . Que jusqu'à mon parfum , tu m'effaceras sans faute .

Soutiens moi quand je tremble avant de disparaître . Reste un moment pour voir celle que tu feras naître . Et ajoute avec ca que je n'étais pas parfaite . Affronte les gestes qui se feront devant toi . Le vacarme et le reste , ce que je serais sans toi .

Prend ton courage à deux mains pour bien jouer la fin. Aussi reproche moi l'amour que j'ai encore pour toi. Ose me dire que tout est ma faute , j'aurais dû faire plus d'éffort . Avoue moi sans bouger toutes tes fois à côtés . Les regrets que tu n'as pas eu en venant me retrouver .

Reste là et comprends ce que je deviendrais . Tu seras le dernier à voir ma lumière briller . Mes états d'âmes ne te seront pas abstraits , tu verras le mal et les dégats que ca fait . Il ne suffit pas de le dire à la volée . Il ne suffit pas de le dire tête baissée , en murmurant une excuse bafouillée .

23:29 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Soufle moi ...

412568458_small


Ce n'etait pas une vie au hasard ,
Les des jetés ont semés un épais brouillard
Là je peux te faire une confidence ,
Je me suis faite la guerre en silence ..
 
Si tu pars ,je m'accroche à toi ,
Il y à les souvenirs mais ca ne fait pas le poids
Je me sens seule sans nos adolescences ,
Alors je me lance des défis sans importances .
 
Je dois m'endormir sans te dire bonsoir,
En prenant des trains qui ne vont nul part
J'ai arrêter de rêver pour mieux te ressembler
tout en étant trop lâche pour pouvoir te pleurer .
 
Dehors le monde et la vie qui continue,
C'est ainsi, moi qui me croyait sans toi disparue..
Je me suis faite en sourire un peu plus petite,
Et je t'aime en t'écrivant beaucoup trop vite .
                               
                                                ( à Maxime , avec tout mon amour )

22:02 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/04/2008

 

Saez...


Mais qu'est ce que j'aurais fait de beau dans ce milliard d'année ? Lumière sur notre orgueil de nous vouloir toujour plus haut ! Mais je ne veux rien de tout ca , peut être le comprendras-tu ... Non je ne veux toujours que toi et ca, tu l'auras toujours su . 

Je veux pas la mer, non laisse là , on a pas besoin de prendre le large . Je veux pas de promesse , que tu sois là , si tu peux ca,  je veux pas qu'on se laisse .  

J'ai pas le temps de tout te dire , mais je veux nous deux à n'en plus finir . Enfants de coeurs ou fils du vents , je rêve cinq minutes que tu m'attends . Dans ce monde perdu je t'ai trouvé , j'ai mis du temps , tellement de temps tu sais ...

Je veux pas le bonheur , non ne crois pas ca . Je sais qu'il y trop de gens qui y croient . Je veux juste tes yeux comme tu me regarde là , et que ca dure , que ca dure ... oui , que ca dure pour une fois .



 

21:00 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

05/04/2008

Chanson pour l'amante


Les roses se fanent
Je vais te faire une confidence ,
Ma douce errante d'une seule couleur
Je ne tiens pas à toi , pas à toi ...
Tu n'es qu'un feu sans  chaleur,
Ton fond ne me ressemble pas .
 
Je peux te faire tourner le sang ,
Ma belle colombe qui se tourmente
Je ne tiens pas à toi , pas à toi ...
C'est à peine si ton souvenir me hante
Je ne serais jamais comme toi .
 
Je peux signer toutes tes peines ,
Ma tendre amie dont je me ris ,
Je ne tiens pas à toi , pas à toi ...
Tu n'es qu'une épine dans mon lit
Mon coeur triomphe loin de toi .
 
Tu peux bien mourrir à mes pieds ,
Ma rose fragile qui se délaisse ,
Je ne tiens pas à toi , pas à toi ...
Tu n'es qu'une fois de maladresse
Je ne t'aimerais pas , il ne le faut pas .

00:32 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

01/04/2008

La fille de joie est belle

la fille du trotoir

Ce n'est rien qu'un sou pour l'amour ,
et je vous donne l'aube sans un discour
Ne m'appelez pas la belle demoiselle ,
Il manque à mes yeux l'étincelle
 
Je l'ai donnée à cet homme là,
Une nuit de novembre en plein froid
Le premier qui voulait un baiser ,
Que vous êtes jolie , prenez, prenez !!
 
Je ne crois pas aux belles histoires ,
la nuit j'en croisent trop qui se barrent
Elles viennent se pendrent à mes bas ,
Plus vite que ca , plus vite que tu crois !
 
J'ai pourtant eu un coeur une fois ,
pour ce capitaine de je ne sais quoi
Parce qu'il m'a mis les larmes aux yeux
je lui ai dit vous valez bien mieux ...

 

23:04 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

 

Une qui me fais penser à toi
 

Petite fille des rues  je porte ton nom ,

Née d'un jour ou ne se leva pas le soleil

Nul ne peut comprendre ma raison

Rien que toi qui te dépeints de ce ciel

 

Je tisserais le temps pour que tu te souviennes,

Dans ses mailles le nom de chaque étoiles .

Ton image dans le miroir n'en vaut pas la peine,

Je te conterais ton histoire en chuchotant à l'oreille .

 

Je suis venue sur terre bien aprés tes pas 

Princesse solitaire à qui l'on vole ses nuits

Si tu ne me reconnais pas je suis tout cela,

Aussi frèle et habile que ton passé papy ...

 

Je retiendrais de mes mains le rubans des ballons

Sous le cerisier sans âge nous poserons l'armure

Qu'importe le vent qui ne presage rien de bon ,

Puisque s'efface en toi la douceur de nos figures ...

00:07 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |