28/06/2008

Le fauteuil

Je n'ai besoin de rien que le sommeil me prenne

en fixant du regard la pendule qui se tait

elle n'a plus rien à dire que l'insomnie qui traine

dans mon corps fatigué de n'attendre que toi

Tu es partie maudite sans que je me souvienne

les erreurs anonymes qu'avait fixé tes lois

J'ai attendu vaincu sans vraiment trop y croire

on ne pars pas comme ça en me laissait derrière

Les premiers temps j'ai cru à un de ces retards

mais l'horloge du salon à compris  la première

Depuis le temps coule à m'en brûler les doigts

et le plancher me parle quand je n'ai plus que lui

C'est à peine si je bouge du fauteuil jusqu'à toi

que je retrouve aimante sur les photos jaunies .

23:42 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

27/06/2008

Le petit moi

Je suis douçe et sans histoire
et mon nom ne vous diras rien
Je suis cette fille dans le miroir
et celle qu'on croise au quotidien
J'ai vu les mêmes choses que vous
je crois qu'on aime les mêmes jardins
J'étais enfant souvenez-vous ,
Si vous aussi je n'en sais rien ...
J'ai eu des peines je peux le dire
des qui vous casses à tout jamais
Vous savez ce n'est pas les pires
je sais encore m'en amuser
Souvent j'écris quelques mémoires
Peut être pourriez vous les lires
Il y à un ange dans chaque regard
Un enfant blond qui voudrait rire ...
Le mien est là à mes côtés ,
voyez vous même comme il est beau
Si j'ai grandie  je l'ai gardé ,
taillé en moi comme un écho
Parfois bien sûr je crains qu'il meurs
On n'est pas plus fort que la vie
Mais sans ses rêves tout me fait peur
Je n'aurais plus que vos soucis ...

00:30 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/06/2008

Tais toi mon coeur

Avant, je ne sais plus quand
il y à un siècle loin de maintenant
je voulais vivre pour voir passer le temps
sans jamais apprendre du présent

Je brûle dans ma mémoire ,
toutes les portes que je n'ai pas su voir
des larmes qui viennent noyer mon regard
comme à chaque fois qu'il est trop tard

Le livre ne se lit plus ,
l'histoire demeure pour toujours décousue
je n'ai pas su comprendre son message
figée dans des sourires volages

Avant , il y a longtemps
Ce n'est qu'une question de temps
Les regrets naissent au fil des heures
si j'avais écouter mon coeur ...



19:05 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

20/06/2008

L'anniversaire

En attendant nos quatres mains je me suis mise sous le cerisier . A l'abri de ses longues branches je me garde de la pluie . Et s'il n'à pas encore de fleurs , je lui pardonne son manque de vie ...

De l'aube au soir je n'entends que nos rires , je m'en souviens trop bien pour ne pas les retenir . Je n'ignore pas l'orage qui mouille si fort mes cheuveux , je saute simplement le mur qui sépare nos destins en deux .

Je te parle dans mon corps pour faire semblant que tu es là . Entre frère et soeur on peut bien se prêter nos voix ...

Et si parfois je m'épuise, je m'appuie au tronc du grand arbre ... c'est comme ca que meurent les cerises , comme ca que je meurs sans toi . Je pense à toi en chanson , en belle robe du dimanche ... je pense à toi de toute facon quand je noircis mes feuilles blanches ...

Je suis toute seule dans la prairie, puisque personne ne passe  ici . Mais ca ne  fait rien car tu es là et qu'à deux je soufle nos bougies . Ce serait bien si pour une fois tu pouvais les soufler aussi ... 

Et s'il te prend l'envie de revenir , tais moi la date de ton retour . Je ne pourrais plus jamais dormir en attendant venir ce jour .


FRERE ET PEUR
( à Maxime ... je t'attends . )
 

14:19 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/06/2008

Colombe

Deux mois qu'il dort dans son corps
qu'elle brouille les pistes en coups du sort
l'effet de cernes sous son regards
et la peur qu'elle crache au miroir .

Deux mois qu'elle vit comme dissolue
entre deux eaux on ne nage plus
Le ventre à terre et qu'on la laisse
à l'anti-thèse de sa jeunesse .

Du temps qui se compte à prix fort
pour vivre à nouveau sans efforts
Le printemps saute par la fenêtre
quand elle est seule avec peut être ...

une danse

19:53 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

18/06/2008

l'echarpe rouge ( à Francois )

On_the_news__by_x_princess_n0_mad_x


 

Je t'attendais petit bonhomme
Non, je ne t'ai pas tout dit ...
Il parait qu'il y à des gens heureux...
c'est peut être ce que nous sommes .

Le jour parfois se maquille en nuit .
Moi je ne l'aime que dans tes yeux .
Ce soir, je t'offres une étoile ,
tu peux lui dire ce que tu veux ...
Que l'on se fait trop souvent mal
qu'il manque quelqu'un pour nous deux .

Je voulais te dire petit homme ,
Si seulement je pouvais ...
Tu rigolerais comme personne
On n'auraient pas les yeux mouillés .

Il faut bien fermer ton manteau
L'hiver approche et son vent soufle .
Vient contre moi il fait plus chaud
et puis j'aime mieux quand tu es là ...
Tu sais à deux on peut être fort ,
Un qui veille quand l'autre dort ...
 

13:57 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

16/06/2008

 

le jour des hommes

Je t'écris du desert où je te cherche en vain
sous une vague de sable inspirée par la mer
On me dit que tu dors dans un pays trés loin
c'est là-bas que je vais sans regards en arrière

Je t'envois mes journées sur un bout de papier ,
et ce soleil couchant où je vois tes contours
On me dit que plus loin le vent peut nous semer
Mais rien d'autre ne m'use que ces tristes discours


Je t'écris de ma plume que j'aurais du retard
à mes côtés je traîne la terrible solitude
Elle me dit que pour nous il est déjà trop tard
mais j'ai tué hier son amie lassitude ...


 

12:10 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

06/06/2008

Courrier

J'ai cassé ta petite voiture, je me sens tellement désolée ...
Je voudrais t'écrire une lettre d'excuses mais où pourrais-je te l'envoyer ?
En petite soeur de pacotille, je te l'écrirais sous la table .
Elle aurait de belles lettres qui brillent pour ressembler un peu ça :

Ma petite moitié ,

J'ai bien rangé tes jouets comme tu le voulais :
Un carton pour chaques choses et du journal pour emballer .
Papa à vidé ton armoire, il parait que c'est plus facile .
Moi je m'ennuie sans nos histoires cousues de fil en aiguille .
J'ai rien dis de nos chuchotements même quand tout le monde
est arrivé . J'ai férmé la porte de ma chambre et sans une
larme j'ai pleuré.
Je voulais te dire que j' t'en veux pas mais j'ai cassé ta petite voiture.
Simplement parce qu'elle était là quand moi je parlais aux murs .

La petite soeur .

20:11 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

05/06/2008

L'insolente

Raccomodé d'un fil noir qui lui passe sur le coeur,
son foulard dénoué sans qu'il y prète attention
L'ourson de jadis s'angoisse sur l'étagère
que va-t-il devenir puisqu'elle aime un garçon ?
Il s'étouffe à rêver sous une tonne de poussière,
à la place qu'il tenait aux heures de son enfance
Quand crevé il s'endort sans qu'elle ne soit rentrée,
C'est encore elle qui vient dans ses rêves le bercer .
Toute alleurs c'est à peine s'il l'avait remarqué,
ce grand carton marron que sa mère à posée
Mais maintenant que chante la pendule dans le noir,
il comprend que demain sera une autre histoire ...



Désolé

14:26 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |