09/09/2008

Ce qu'il peut pleuvoir dans mon lit..

pantin


Qu'il pleuvait ce soir là , qu'il faisait déjà noir
qu'en silence sans toi je faisais mon histoire
Sous les draps et la soie je maintenais le fil
et le cap de tes bras qui me rendait fragile

De mon radeau en proie à des larmes profondes
je n'appelais rien que toi pour que tu me réponde
et les yeux dans la brume des lumières du plafond
j'accusais tôt le coup quand papa touchait le fond

Nous sommes partis tous deux le lendemain matin
pour arroser les fleurs qui jonchaient notre chagrin
Une rose dans mon fusil que je voulais de plombs
comme des petits soldats sans toi nous continuons ...

21:57 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.