20/11/2008

desert des agriattes

kepeslap_1599


Nos âmes se touchent je ne peux que le croire

à en voir comme je pleure de ne plus être nous
le vacarme que ca fait à l'heure des rendez-vous
que nous raterons fous de ne plus y aller .
 
Olga , jean et mathieu nous ne sommes pas forts
les colines de nos jours n'élèvent pas nos corps
dites vous que j'ai marché autant que je l'ai pu
si ce n'est pas assez dites vous que j'ai vécu .
 
Je pars avec lui sans ne plus jamais le perdre
des avions en papiers peuvent abriter nos rêves
et les caravanes des routes saluer notre union 
 je ne reviendrais jamais au vide de ma maison
 
                Je ne reviendrais jamais... au vide de ma maison.

13:19 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

La maison vide se meure sous la neige... Le feu dans la cheminée s'est éteint, les moments de tendresse ont disparu à jamais... Le petit chat noir qu'elle a déposé reste, seul...
Gardien de ses souvenirs...
La fenêtre s'est brisée, personne ne dormira plus sur son rebord...
Dans la cuisine, l'odeur du café au lait a presque disparu...
Et les fantômes se délectent des dernières chimères...

Écrit par : Solene | 26/11/2008

Les commentaires sont fermés.