04/12/2008

Pour Solène .

Aujourd'hui c'est lundi . Elle enfile sa robe rouge et ses bas en velours . Oui, le velours , c'est pour la douceur , pour la beauté du geste .
 
- Tu vas avoir froid ... prends ton manteau au moins .
 
Toutes les poupées dans le placard rêveraient de celui là . Parce qu'il est aussi doux qu'un ange et que sa peau sent le bain et les bulles d'avant .
Elle chantonne , se redresse et jette un oeil noir furtif à l'horloge .
Huit heures ...
 
- Viens, partons .
 
Elle ? elle ne dit pas un mot , et lorsqu'elle ouvre enfin la bouche à huit heures trentes :
 
- Je ne veux pas marcher . Je ne veux pas sourire .
Ni parler, ni respirer ... Ni compter les wagons sur le quai .
Laisse moi . Il y en aura d'autres des brunes aux cheuveux blonds , des sirènes au coeurs lourds .
Il y en à toujours...
Il y en à toujours ... sur les quais ,les allées , les chemins sinueux . Qui t'attendent, qui sourient , qui s'éclatent en dentelles et en velours sauvages .
 
Il y en a.
 
Pas moi .

15:25 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.