28/01/2009

L'épopée fraternelle

J'aimerais raccomoder ce qui ne va pas, du fil sur lequel je pourrais marcher et qui ne casse pas. J'attend toujours beaucoup des choses qui ne durent pas . Tu vois sans si m'épprendre , j'attendais beaucoup de toi . Les fusions font qu'elles sont et ne s'expliquent pas . J'étais d'avantage Maxime avant d'être moi . Il fallait que tu sois bien , que tu n'es jamais froid . Que tu souris d'amour , que je brille prés de toi . Il fallait que dans la cour, je veille encore un peu sur toi . Je vais le dire à maman... le dire à maman ... que tu ne vas pas . J'ai fais trois ans sans toi . Tu n'as qu'à compter les jours , moi je ne comptes plus rien . Les mathématiques c'était juste ton truc à toi .

Est ce qu'elle te plairait , celle que je suis devenue ? C'est vrai que j'ai changée, j'ai des craintes qui ne passent pas . Je ne suis plus rigolote à faire crier maman. D'ailleurs elle , ne crie plus, elle sommeille longuement. Moi je pars en croisade et j'en arrache des plumes . Que les miennes qui s'en vont , que les miennes ... Je n'ai pas donné au sort , mon coeur triste d'artichaud .

Tu me manques mon frérot .

 

10:04 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.