02/11/2008

Stay

Reste . je n'ai pas su faire sans toi
nos lunes se connaissent
elle ne nous en voudront pas
Reste . nous n'avons pas l'éternité
la fiole se vide
et le temps blesse sans tes pensées
Reste. laisses toi faire ce naufrage
il n'y aura pas ailleurs
une seule etreinte de mon sillage
Reste . comme si ma voix le demandait
une prière que j'aurai faite
sans un seul mot pour te garder .

23:59 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

30/10/2008

Non , pauline n'est pas triste .

Je sais, j'ai fais une rature sur mon cahier , je sais ... Mais maman, si les fautes avouées sont aussi pardonnées , j'ai moi aussi, quelque chose à te confier .

J'ai quelque chose que je ne peux pas expliquer .

Je suis toute petite à l'interieur , tu sais je crois , je suis un feu follet .

Mon temps passe et je ne pourrais pas durer .

Le temps passe et je ne suis pas comme je voudrai . Les miroirs me hantent à force de trop me regarder . Je suis toute seule et ca se fissure dans ma mémoire . Je deteste mes robes et le papier peint de mon dortoir . Je partirais bien en carrousel ,et pour toi faire un arc-en-ciel au dessus du toît de nore maison . Pourvu que je n'y sois pas , pourvu que je n'y dorme pas .

Oh maman , je ne pleure pas , je me voudrai source mais je n'y arrive  pas . Belle comme toi mais je ne crois pas .

Le chemin de l'école n'est pas la seule chose qui me sépare de toi .

J'ai compté les pavés , les arbres et les passants, le long de la route qui y va . Je compte les rires , les soufles , les branches les gouttes ...

Le temps que ca me prend pour compter tout cela .

Le cahier que je ferme à la page vingt-trois . Et les soixantes six pas que tu fais jusqu'à la cuisine .

 Le seul mot que je ne te dis pas .

19:24 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/10/2008

Hanna

Qui se souviendra de la vie d'Hanna
si ce n'est pas moi qui vous dis sa vie
si je n'en fais pas des tonnes de confettis
à jeter au vent , à la gueule des maudits .

Amie Hanna , toi qui voulait tant rire ,
à six pieds en bas , dis nous si ca t'inspires
dis nous les pas qui vont sur le gravier fleuri
de milles fleurs sans noms coupées avant la pluie .

Je veux savoir cela entre deux éclats de joie
car tu avais raison , seules les saisons ne changent pas
moi qui n'étais que peine quand tu riais pour moi
la vie est belle dans ce monde que tu connais pas

hetikep_1679

11:40 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

26/10/2008

...26 Octobre ...

 Bercés de rêves qui nous pousses à grandir
nos jours se lèvent et nous marchons encore
Mais l'herbe n'est verte que dans nos souvenirs
et les tiens meurent au delà de ton corps ...


162053016

Bon anniv' fréro ...

13:23 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/10/2008

Ces amis

 

 

Ce qu'on pouvait s'amuser , en un éclair nous emporter
Les fumerolles qui volent , comme avant tu respirais
nos cannes à pêches usées par nos poissons relachés
et les mers de devoirs qui voulaient t'apprendre à nager

Ce que j'aimais m'amuser , pour si peu pouvoir m'évader
quand ton nom seul suffisait à tous nous faire patienter
un jour pluvieux qui n'eu de sens que sur tes carreaux embués
en y dessinant un chat comme toi seule tu nous l'avais fait

Ce que l'on à pu s'aimer , pour un temps nous apprivoiser
pour une chasse aux larmes qu'on n'auraient jamais du verser
derrière nos chapeaux tristes de gens qui ne font que passer
et nos gestes élégants qui voudraient bien te rappeler .

22:19 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

17/10/2008

Au sujet de toi



hetikep_1532

L'avant de l'aprés


Ca n'est pas important que je crève sans toi
non, ce n'est pas ça vraiment, ce que l'on retiendra
mais que c'était pour Toi , rien d'autre que pour Toi :

Que je m'étais faite belle comme une princesse d'automne
arrivée par le ciel quand il n'y eu plus personne
Que ma cour s'est vidé , (tu ne me croirais pas )
des amis balayés parce que je mourrais de toi !
Non ce n'est pas ça vraiment ce que l'on retiendra :

C'est les jouets cassés qu'on enterre à la pelle ,
et comment je te hais d'un amour fraternel
Non je ne te dis plus rien , je m'éclate sur le sol
Ce qu'on peut être rien quand on perd sa boussole !

20:40 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/09/2008

Marie


Ca se perd pas un sourire Marie...

10:44 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/09/2008

Derrière vous


Je ne suis pas là par hasard ,
Non , je ne suis , je ne suis pas du bon coté du miroir
Un reflet qui tarde à me rendre celle que je voudrai voir
des boucles brunes sur des yeux verts en moins bizarres
Mais pas ces yeux , non pas ces yeux dans mon miroir
Je ne suis pas comme il se dit ,
Non , je ne suis , je ne suis pas toute seule dans ma vie
J'ai bien du monde , bien trop de monde au saut de mon lit
Des courants d'air à la fenêtre pour tromper mon ennui
Mais pas de bruit , non pas de bruit pour réveiller l'envie

18:10 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

22/09/2008

Pour Céleste


running____by_simonamoon

Celeste est ce qu'on en reviendra ? Je ne mens à personne,
j'ai juste besoin de toi .
Celeste j'ai ta main qui me tiens , qui me lâche une seule fois .
Tu souris d'un sourire que je ne connais pas .
J'ai des rêves pour nous , j'ai des rêves et toi tu n'en veux pas .
Tu me dis que ce soir dans ton lit , c'est la dernière fois ...
Mais Celeste quand on meurt on ne sait pas où l'on va
Tu rigoles de mes peurs et déjà tu t'en vas .

Celeste à la pointe du jour , je ne vois rien que toi ,
que tu dormes d'amour c'est mon plus dur combat
quand chaques nuits tu pris pour ne plus être là ...
Mais Celeste quand on prit , on nous entends parfois
C'est ce qui fais mes nuits et mes journées sans toi
C'est ce qui fait l'insomnie et ces quelques mots là
Des mots dans le désordre que tu ne liras pas .

                                                    

21:18 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

18/09/2008

Mon cheval meurt

493702340_small


 

Il y en à des plaines qu'on ne connait pas
et ca ne fait pas le vide , ca ne fait pas le poids
Mais pour un de tes sourirs, je me serais battu
et je les auraient chercher ces grandes étendues

Mais ce soir vois-tu , mon cheval meurt
et crois moi , ca me fais mal

Je l'ai jamais eu l'étoffe du sombre héros
C'est à peine si le destin me tirait pas dans le dos
mais je voulais que tu rêves, que t'ais une belle étoile
que dans ta foutus vie, tu te fasses plus jamais mal

Mais ce soir vois-tu, mon cheval meurt
et crois moi , ça j'en crève

Mais ce soir vois-tu , mon cheval crève
et crois moi , ça j'en meurs .

11:34 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/09/2008

Ce qu'il peut pleuvoir dans mon lit..

pantin


Qu'il pleuvait ce soir là , qu'il faisait déjà noir
qu'en silence sans toi je faisais mon histoire
Sous les draps et la soie je maintenais le fil
et le cap de tes bras qui me rendait fragile

De mon radeau en proie à des larmes profondes
je n'appelais rien que toi pour que tu me réponde
et les yeux dans la brume des lumières du plafond
j'accusais tôt le coup quand papa touchait le fond

Nous sommes partis tous deux le lendemain matin
pour arroser les fleurs qui jonchaient notre chagrin
Une rose dans mon fusil que je voulais de plombs
comme des petits soldats sans toi nous continuons ...

21:57 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/09/2008

J'ai vu sombrer nos corps

Puisque nous sommes disparus ,
laissés libres à nos vents déçus
que nos îles touches le font de l'eau,
l'eau qui nous ronge moins que la peau
je prends mon temps ...

Nous aurions pu faire de notre mieux
des plus belles vagues fuir les creux
Nous aurions pu, mais quel dommage
ne pas nous convaincre à la nage

Puisqu'ici il manque nos vies ,
perdus sous des coques englouties
qu'à deux la barre est bien trop lourde
et qu'à ma voix tu demeures sourde
je prends mon temps ...

Tu en verras des beaux rivages ,
pour tes yeux doux sonner la charge
tu en verras , plus fort que moi ,
plus beau peut être que ma croix

Et si la mienne n'est que du bois ,
s'il est vrai qu'elle ne te vaux pas
prends garde au vent qui soufle encore
et qui souvent quand tu t'endors ,
dans tes cheuveux cherche son port



cahier noir

11:50 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

30/08/2008

Chagrin d'école

Je n'aimais pas l'école, j'avais peur d'y aller
les coups bas dans la cour et les billes volées
je te raconte ça mais c'est vieux maintenant ,
tu sais la vérité j'avais peur pour maman

Qu'en rentrant à cinq heures je ne la trouve pas ,
que la cuisine soit vide à n'en plus faire un pas
Partie pour je ne sais où en emportant l'amour
qu'elle seule m'arrachait à l'aube de mes jours

Je lui tenais la main comme pour la retenir
en cherchant des excuses à ne plus en finir
Si j'avais mal au ventre elle ne s'en irait pas
on reprendraient le bus en oubliant tout ça .

Tu sais quand j'étais môme j'avais peur de grandir
mais je n'avais peur de rien quand j'entendais son rire
Je te raconte ça mais qu'importe maintenant ,
les pendules sur les murs m'ont volés maman


 

526197977

15:58 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

24/07/2008

Sur la plaine

J'ai fait tout ce qu'il fallait faire ,
souvent avec bien peu
J'en ai apprises des belles prières ,
Il fallait vivre de notre mieux ...

J'ai porté ta croix à mon cou ,
j'en étais fière si tu savais
Il y en a qui nous disaient fous ,
de croire que tu nous sauveraient

T'aurais du voir ce qu'on leur à fait
pour qu'ils le bâtisse ton empire
T'aurais du voir ceux qu'on à tués
pour que tu puisses nous bénir...

J'ai t'ai croisé un peu partout ,
de livres saints en livres saints ,
On t'aurais même vu parmis nous
Mais toujours loin , toujours trop loin ...

J'en ai connu qui perdaient l'âme
à qui je promettais tes bras
J'en ai passé comme ca des drames
sans jamais te montrer du doigt

Ce soir pourtant la lune est belle
et le vent soufle dans mes os
Je n'ai croisé qu'une hirondelle
et elle me tourne déjà le dos ...

17:49 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/07/2008

 

nounours_by_dylanie


Je ne suis pas venue pour entendre tes chimères 
il faut que tu m'écoutes , tu n'auras qu'à te taire 
J'ai laché les ballons , je ne suis plus prisonnière
Je vais juste m'en aller, ca ne va pas te plaire .
 
J'aurais tant préferée que tu te sentes fier , 
je ne sais où je vais , j'ai tellement tout à faire
comme oublier ton nom et ces années poussières 
où je me suis jetée la tête la première .
 
Je ne vais pas t'emporter , tu tuerais la lumière
et puis je finirais presque à six pieds sous terre
Il me reste peu de temps avant de nous défaire 
Tu pourrais faire semblant de n'être pas amer
 
Je ne t'écrirais pas en intime messagère ,
tu ne comprendrais pas que l'on vive sans misère
Je sais que de ma route je verrais tes éclairs 
se partager le ciel à hauteur de ta colère . 

15:24 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

13/07/2008

 

Je m'apperçois que je n' vais pas , l'évidence même s'impose à moi 
Je m'apperçois que rien n' vaut rien et même pas nos rires christallins
J'écris en vie que tout se passe mais j'écris trop que la ligne casse  
Les mots c'est vrai ne font pas tout,  les mots ne valent même pas le coup
que je les notes sur le papier , que je les notes pour résister 
Je touche l'ivresse du bout des doigts en quelques gouttes d'un je n'sais quoi
Je crois en vous mais pas en moi , je crois que vous n'comprenez pas 
Qui de mes peines ou mes joies est le plus fort dans mes pensées ?
Qui de vous autres ou de moi est le plus désolé ? 

11:40 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/07/2008

La ligne d'eau

(A Maxime Fauconnier 26/10/1983  - 24/05/2006) 
La dernière fois que j'ai pleuré ...
Je n'avais jamais le temps pour tes petits bateaux
je suis passé cent fois devant tes cheuveux blonds
et tes petits papiers coulaient le long du ruisseau
je ne savais pas que tu voulais suivre leurs sillons .

La dernière fois que j'ai pleuré ...
J'étais si fière de m'en aller que c'est à peine si je t'ai vu
T'étais debout dans l'escalier à serrer si fort ton doudou
celui qui n'a même plus de nez et dont la bouche est décousue
Celui que je t'avais donné un jour ou je n'en voulait plus .

La dernière fois que j'ai pleuré ...
On m'à dit que tu es partis au fil de l'eau un mois de mai
Petit bois mort qui suit la houle sans que je puisse le retrouver
Doudou se tait sur le sofa et ne me dis plus jamais mots
En le croisant je te revois et souvent je tombe en sanglots .

frere et peurs

22:57 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

10/07/2008

Electriste

Le chemin des néons me ramène à ton corps
qui me laisse comme un con inutile à ton sort
Errant dans la moiteur à l'image d'un électron
j'éponge ma douleur à la sueur de ton front

Nous étions de ces mondes qui ne se touchent pas
et qu'une balle en plein coeur à scéllé le combat
Tu n'étais que mystère... je ne savais pas .
Moi meurtri dans ma chair , dis moi juste pourquoi ?

Statique dans la poussière qui me tire vers le bas
je garde les yeux ouverts pour m'imprégner de toi
Hanté par ta lumière je t'embrasse en imbécile
d'avoir dans mon enfer moi même coupé ton fil .

11:25 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

28/06/2008

Le fauteuil

Je n'ai besoin de rien que le sommeil me prenne

en fixant du regard la pendule qui se tait

elle n'a plus rien à dire que l'insomnie qui traine

dans mon corps fatigué de n'attendre que toi

Tu es partie maudite sans que je me souvienne

les erreurs anonymes qu'avait fixé tes lois

J'ai attendu vaincu sans vraiment trop y croire

on ne pars pas comme ça en me laissait derrière

Les premiers temps j'ai cru à un de ces retards

mais l'horloge du salon à compris  la première

Depuis le temps coule à m'en brûler les doigts

et le plancher me parle quand je n'ai plus que lui

C'est à peine si je bouge du fauteuil jusqu'à toi

que je retrouve aimante sur les photos jaunies .

23:42 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

27/06/2008

Le petit moi

Je suis douçe et sans histoire
et mon nom ne vous diras rien
Je suis cette fille dans le miroir
et celle qu'on croise au quotidien
J'ai vu les mêmes choses que vous
je crois qu'on aime les mêmes jardins
J'étais enfant souvenez-vous ,
Si vous aussi je n'en sais rien ...
J'ai eu des peines je peux le dire
des qui vous casses à tout jamais
Vous savez ce n'est pas les pires
je sais encore m'en amuser
Souvent j'écris quelques mémoires
Peut être pourriez vous les lires
Il y à un ange dans chaque regard
Un enfant blond qui voudrait rire ...
Le mien est là à mes côtés ,
voyez vous même comme il est beau
Si j'ai grandie  je l'ai gardé ,
taillé en moi comme un écho
Parfois bien sûr je crains qu'il meurs
On n'est pas plus fort que la vie
Mais sans ses rêves tout me fait peur
Je n'aurais plus que vos soucis ...

00:30 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/06/2008

Tais toi mon coeur

Avant, je ne sais plus quand
il y à un siècle loin de maintenant
je voulais vivre pour voir passer le temps
sans jamais apprendre du présent

Je brûle dans ma mémoire ,
toutes les portes que je n'ai pas su voir
des larmes qui viennent noyer mon regard
comme à chaque fois qu'il est trop tard

Le livre ne se lit plus ,
l'histoire demeure pour toujours décousue
je n'ai pas su comprendre son message
figée dans des sourires volages

Avant , il y a longtemps
Ce n'est qu'une question de temps
Les regrets naissent au fil des heures
si j'avais écouter mon coeur ...



19:05 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

20/06/2008

L'anniversaire

En attendant nos quatres mains je me suis mise sous le cerisier . A l'abri de ses longues branches je me garde de la pluie . Et s'il n'à pas encore de fleurs , je lui pardonne son manque de vie ...

De l'aube au soir je n'entends que nos rires , je m'en souviens trop bien pour ne pas les retenir . Je n'ignore pas l'orage qui mouille si fort mes cheuveux , je saute simplement le mur qui sépare nos destins en deux .

Je te parle dans mon corps pour faire semblant que tu es là . Entre frère et soeur on peut bien se prêter nos voix ...

Et si parfois je m'épuise, je m'appuie au tronc du grand arbre ... c'est comme ca que meurent les cerises , comme ca que je meurs sans toi . Je pense à toi en chanson , en belle robe du dimanche ... je pense à toi de toute facon quand je noircis mes feuilles blanches ...

Je suis toute seule dans la prairie, puisque personne ne passe  ici . Mais ca ne  fait rien car tu es là et qu'à deux je soufle nos bougies . Ce serait bien si pour une fois tu pouvais les soufler aussi ... 

Et s'il te prend l'envie de revenir , tais moi la date de ton retour . Je ne pourrais plus jamais dormir en attendant venir ce jour .


FRERE ET PEUR
( à Maxime ... je t'attends . )
 

14:19 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/06/2008

Colombe

Deux mois qu'il dort dans son corps
qu'elle brouille les pistes en coups du sort
l'effet de cernes sous son regards
et la peur qu'elle crache au miroir .

Deux mois qu'elle vit comme dissolue
entre deux eaux on ne nage plus
Le ventre à terre et qu'on la laisse
à l'anti-thèse de sa jeunesse .

Du temps qui se compte à prix fort
pour vivre à nouveau sans efforts
Le printemps saute par la fenêtre
quand elle est seule avec peut être ...

une danse

19:53 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

18/06/2008

l'echarpe rouge ( à Francois )

On_the_news__by_x_princess_n0_mad_x


 

Je t'attendais petit bonhomme
Non, je ne t'ai pas tout dit ...
Il parait qu'il y à des gens heureux...
c'est peut être ce que nous sommes .

Le jour parfois se maquille en nuit .
Moi je ne l'aime que dans tes yeux .
Ce soir, je t'offres une étoile ,
tu peux lui dire ce que tu veux ...
Que l'on se fait trop souvent mal
qu'il manque quelqu'un pour nous deux .

Je voulais te dire petit homme ,
Si seulement je pouvais ...
Tu rigolerais comme personne
On n'auraient pas les yeux mouillés .

Il faut bien fermer ton manteau
L'hiver approche et son vent soufle .
Vient contre moi il fait plus chaud
et puis j'aime mieux quand tu es là ...
Tu sais à deux on peut être fort ,
Un qui veille quand l'autre dort ...
 

13:57 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

16/06/2008

 

le jour des hommes

Je t'écris du desert où je te cherche en vain
sous une vague de sable inspirée par la mer
On me dit que tu dors dans un pays trés loin
c'est là-bas que je vais sans regards en arrière

Je t'envois mes journées sur un bout de papier ,
et ce soleil couchant où je vois tes contours
On me dit que plus loin le vent peut nous semer
Mais rien d'autre ne m'use que ces tristes discours


Je t'écris de ma plume que j'aurais du retard
à mes côtés je traîne la terrible solitude
Elle me dit que pour nous il est déjà trop tard
mais j'ai tué hier son amie lassitude ...


 

12:10 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

06/06/2008

Courrier

J'ai cassé ta petite voiture, je me sens tellement désolée ...
Je voudrais t'écrire une lettre d'excuses mais où pourrais-je te l'envoyer ?
En petite soeur de pacotille, je te l'écrirais sous la table .
Elle aurait de belles lettres qui brillent pour ressembler un peu ça :

Ma petite moitié ,

J'ai bien rangé tes jouets comme tu le voulais :
Un carton pour chaques choses et du journal pour emballer .
Papa à vidé ton armoire, il parait que c'est plus facile .
Moi je m'ennuie sans nos histoires cousues de fil en aiguille .
J'ai rien dis de nos chuchotements même quand tout le monde
est arrivé . J'ai férmé la porte de ma chambre et sans une
larme j'ai pleuré.
Je voulais te dire que j' t'en veux pas mais j'ai cassé ta petite voiture.
Simplement parce qu'elle était là quand moi je parlais aux murs .

La petite soeur .

20:11 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

05/06/2008

L'insolente

Raccomodé d'un fil noir qui lui passe sur le coeur,
son foulard dénoué sans qu'il y prète attention
L'ourson de jadis s'angoisse sur l'étagère
que va-t-il devenir puisqu'elle aime un garçon ?
Il s'étouffe à rêver sous une tonne de poussière,
à la place qu'il tenait aux heures de son enfance
Quand crevé il s'endort sans qu'elle ne soit rentrée,
C'est encore elle qui vient dans ses rêves le bercer .
Toute alleurs c'est à peine s'il l'avait remarqué,
ce grand carton marron que sa mère à posée
Mais maintenant que chante la pendule dans le noir,
il comprend que demain sera une autre histoire ...



Désolé

14:26 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

31/05/2008

Les chuchotements

Les enfants d'automnes légers sur les branches,
dans mon ventre dorment à l'envers du monde
Leurs mains me retiennent en tirant mes manches
Mais pourquoi leurs dire qu'il pleut sur leurs tombes ?
En refermant la porte qui grince comme jamais ,
Au fond de ma poche ils me laissent des cailloux
Pas une colombe ne vole sous ce ciel trop risqué
J'ai pourtant le coeur qui me tombe à genoux .
Les enfants de Mai sèment les enfants d'automnes
en marchant plus haut qu'ils ne pourront aller,
Et dans les fougères où ne vient plus personne,
En pensant à eux j'avoue avoir pleuré .

les enfants


 

12:15 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

29/05/2008

Les devoirs

Moi je n' voudrais pas oublier ,
Quand on chassait des étoiles de ciel, quand on faisait les quatres cents coups .
Je ferais un noeud à mon journal ,
Pour retenir nos salopettes , nos cahiers lourds dans nos cartables .
Peut être que ca ne sert à rien ...
Y en à qui disent que c'est futile , y en à qui disent des tas de choses .
Moi j'veux m'en aller en souvenir ,
On partira au petit matin , et puis je sais tout ira bien .
Je dessinerais une marelle ,
A deux contre un avec ma craie , nous et les autres à la récré .
Je sais pas si j'y arriverais ...
J'ai peur de la mémoire qui flanche , j'ai peur d'être seule à en crever .


Le souvenir de nous

23:15 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

L'autre fille

L'autre fille que je ne sais pas,
Son odeur trotte encore sur toi.
Je t'embrasse entre deux couloirs,
Promis tu ne rentres pas trop tard.
L'autre fille que j'imagine parfois,
peut être un peu plus belle que moi.
La douche que tu prends en rentrant,
quand moi je dors depuis longtemps .
Cette autre fille qui laisse des traces,
que tu camoufles devant la glace .
Le regards que je perds tres loin ,
pour faire semblant que tout va bien .
L'autre fille que je ne sais pas,
Juste pour que tu restes avec moi .

22:49 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |